SYRA en quelques mots pour vous

Petit résumé simple,

  • Plutôt que d’entrer un code de visite pour donner la majoration avec un modificateur et signifier le prix demandé à la RAMQ, nous allons indiquer les codes, sans prix en justifiant un contexte.
  • Le système de la RAMQ validera ensuite les montants pour nous les retourner sur un rapport de recevabilité (celui-ci remplace les rapports de facturation ainsi que les prédictions). Ce rapport de recevabilité nous permettra de confirmer les pourcentages et prix octroyés par la RAMQ
  • Les séquences de paiements demeurent les mêmes avec un document d’état de compte (OR-XX) qui sera légèrement différent et comprendra maintenant 2 sections, soit SYRA et médicale (méthode actuelle).

 

Les avantages principaux de ce changement :

  • Le rapport de recevabilité nous permettra d’accélérer la correction, de reprendre un lot défectueux et de le retourner corrigé avant la date de coupure, permettant ainsi l’accélération du paiement par rapport à la méthode actuelle.
  • Le retour en arrière de la RAMQ actuellement sur une période de 3 ans sera grandement amélioré, donc moins de refus antérieurs à court terme.
  • Les problématiques d’inscriptions de patients ou encore de condition de vulnérabilité pourront être corrigées plus efficacement aussi.

Ce qui change avec SYRA,

  • Vous devrez prendre l’habitude d’inscrire les heures de débuts de vos examens, visites, chirurgies et actes diagnostiques. Bien entendu, comme plusieurs d’entre vous le faite, utiliser le début du quart de travail pour une séquence d’événements, jusqu’au moment d’une majoration. À titre d’exemple : Début à 16h00, majoration à 18h00. Les 2 parties devront être identifiées pour assurer une bonne facturation. Plusieurs utilisent déjà cette technique. Les heures de RDV seront utilisées lorsqu’elles sont apparentes au document de facturation.
  • Tous les modificateurs n’existent plus à partir du 2017-01-01, donc vous devrez vous familiariser, comme nous, avec la liste des équivalences pour les modificateurs qui sont remplacés par des contextes.

Exemple:

  • un chirurgien général veut facturer une visite principale avec le modificateur 3, donnant droit de facturer au troisième mois à la clinique externe plutôt qu’au quatrième mois la visite principale pour un patient atteint d’un cancer.
  • Le modificateur 3 est remplacé par le contexte « suivi d’un patient atteint d’un cancer ».
  • La résultante financière est la même, mais le procédé est différent, de votre côté, j’avoue candidement que l’information que vous transmettez actuellement est suffisante pour nous permettre d’appliquer le contexte si nous voyons le mot cancer.
  • Plusieurs modificateurs sont maintenant déduits à partir de la date ou encore le lieu, tel que les majorations de week-end entre autre.

 

Vous trouverez la liste des correspondances sous les liens indiqués pour les omnipraticiens ou pour les spécialistes.

 

Omnipraticiens :
http://www.ramq.gouv.qc.ca/SiteCollectionDocuments/professionnels/manuels/syra/medecins-omnipraticiens/modificateurs-omnipraticiens.pdf
Spécialistes :
http://www.ramq.gouv.qc.ca/SiteCollectionDocuments/professionnels/manuels/syra/medecins-specialistes/modificateurs-specialistes.pdf

 

Petit désavantage avec SYRA, une perte de revenu potentielle.

  • Tous les médecins bénéficiant d’une majoration de revenus en complétant la déclaration de pratique principale annuellement.
  • Vous devrez vous assurer de la compléter à chaque année puisque nous n’aurons plus de refus à l’arrivée à la RAMQ.
  • Avec la méthode actuelle, nous pouvons voir tout de suite que le paiement n’est pas fait puisqu’il y a refus, avec SYRA, la RAMQ paiera directement à 100 % plutôt qu’à 107 %, puisque ce sera le taux de paiement en vigueur à ce moment que vous aurez sélectionné de façon automatique.